Uruguay : les jeux d’argent oubliés par le fisc depuis 67 ans !

Les casinotiers uruguayens ont de la chance. Ils se la sont couler douce pendant près de soixante-sept ans ! En effet, malgré une loi relative aux jeux de hasard terrestres qui fut votée par le gouvernement en 1946, aucune taxe n’a été prélevée sur les recettes effectuées par les établissements de jeux d’argent dans le pays. Cet incroyable fiasco fiscal a provoqué de nombreuses critiques et moqueries.

L’Etat uruguayen oublie les casinos

Durant soixante-sept ans, les services fiscaux uruguayens ont omis de prélever une taxe de 10% portant sur les jeux de hasard, conformément à une loi qui fut pourtant instaurée en 1946. Cet oubli surprenant et pour le moins ridicule a des conséquences : l’argent récolté aurait dû permettre de financer la recherche en matière de santé et de distribuer des soins gratuits aux personnes qui étaient à l’époque victimes de tuberculose. Or, il semblerait que le gouvernement du pays sud-américain ait réussi à se passer de cette somme ; le plus étonnant étant que personne n’ait noté cet oubli, symbole d’une amnésie totale qui priva les bénéficiaires de soins qui auraient pu changer positivement leur quotidien.

« Les casinotiers eux-mêmes ont préféré rester dans l’anonymat, eux qui ont jouit d’un climat fiscal idyllique pendant plus d’une soixantaine d’années».

En effet, ni les ministres, ni les membres de l’opposition, ni même la population ne s’est rendu compte de cette flagrante omission. Les casinotiers eux-mêmes ont préféré rester dans l’anonymat, eux qui ont jouit d’un climat fiscal idyllique pendant plus d’une soixantaine d’années. Nous les comprendrons, car il n’est jamais vraiment agréable de devoir payer des impôts. Reste qu’une question les tracasse fortement aujourd’hui : devront-ils rembourser le prix de leur silence ? Il est évident que payer des taxes correspondant à plus de soixante-sept années d’activité les mettrait dans une situation extrêmement délicate sur le plan comptable.

Une modification urgente de la loi s’impose

Il aura finalement fallu qu’un politicien du Partido Colorado remarque l’anomalie pour que les choses retrouvent leur cours normal. Aujourd’hui, le parlement uruguayen s’apprête à modifier la loi et à établir une rétroactivité sur cinq années, afin que les casinotiers puissent respecter une partie de leurs engagements. La nouvelle est plutôt bonne pour les directeurs d’établissements de jeux de hasard, qui auront tout de même bénéficié d’une totale immunité fiscale pendant soixante-deux ans.

L’argent récolté devrait être reversé à la National Resource Fund, une institution qui fait office de sécurité sociale pour les personnes atteintes de maladies incurables rares telles que des cancers. L’Uruguay pourra ensuite enfin reprendre ses activités normales. A noter que ce pays latino-américain est malgré son flagrant oubli un exemple en matière d’économie. Dirigé par un gouvernement qui est favorable au libre-échange, l’Uruguay est situé en plein cœur du Mercosur et représente une plaque tournante pour les sociétés exportatrices. Sa croissance est d’ailleurs l’une des plus fortes au monde.

Top casinos
Casino Tropezia Palace
  • Bonus: 100€
  • + de 1200 jeux
  • Logiciel: etc.
  • Bonus premier dépôt: 100€
Cresus Casino
  • Bonus: 550€
  • + de 400 jeux
  • Logiciel: 1X2gaming etc.
  • Bonus premier dépôt: 150€
Casino Extra
  • Bonus: 350€
  • + de 300 jeux
  • Logiciel: Betsoft etc.
  • Bonus premier dépôt: 50€
Oscar et Bianca
  • Bonus: 550€
  • + de 400 jeux
  • Logiciel: 1X2gaming etc.
  • Bonus premier dépôt: 150€
All Slots casino
  • Bonus: 1600€
  • + de 500 jeux
  • Logiciel: Microgaming
  • Bonus premier dépôt: 250€
Plus
Jeux gratuits